Comment structurons-nous les informations ?

Les différentes informations généalogiques sont structurées par le standard GEDCOM dans les types d'entités suivantes :

Chaque type d'entité possède des propriétés définies, p. ex. un nom. Entre les entités, il y a des liaisons, p.ex. 'est le fils'.

Chaque entité, p. ex. une personne, est représentée et décrite dans une propriété. Les propriétés et liaisons de l'entité sont regroupées dans des champs dans la propriété appelés tags. Il est possible d'ajouter des notes, des pointeurs vers des notes, des sources et des éléments multimédia à la plupart des propriétés et des liaisons.

Les tags sont visibles dans le mode GEDCOM de l'Éditeur .

Quelles informations enregistrer dans un fichier GEDCOM ?

La quantité et le niveau de détail des informations que nous souhaitons enregistrer dépend pour une part de la qualité scientifique des recherches généalogiques que nous voulons mener.

Dans tous les cas, nous devrions appliquer les principes suivants :

  • Chaque information collectée doit être enregistrée dans le fichier.
  • La documentation de notre travail doit nous permettre aisément, ou à un autre généalogiste, ou peut-être à nos descendants, de continuer ces recherches même après une interruption de plusieurs années.

Quand saisir des informations dans les propriétés, quand dans les notes ?

GEDCOM fournit des structures très complexes : les enregistrements d'une personne peuvent être liés avec des enregistrements multimédia qui peuvent être à leur tour à des sources qui peuvent être liées à leur tour à des notes ; nous obtenons ainsi des propriétés de propriétés de propriétés !

Bien qu'aucun programme de généalogie ne soit capable d'utiliser toutes les structures et propriétés pour stocker les informations, tel que le permet le standard. Il peut donc être sage d'enregistrer toutes ces informations dans des notes qui ne sont pas interprétées correctement par un programme, p. ex. pour un tri ou des statistiques. Avec la Visualisation Recherche, nous pouvons chercher des mots également dans les notes. Actuellement, il est nécessaire auparavant d'enregistrer ces informations dans les propriétés (étiquettes) que nous voulons voir dans l'Arbre généalogique ou dans la Visualisation Table.

Notes et Éléments multimédia comme propriétés ou comme données autonomes ?

Souvent, le standard laisse libre d'enregistrer une information comme propriété embarquée (ou “incluse”) ou comme une donnée autonome, p. ex. pour les notes, les élements multimédia, et les lieux de stockage ; pour les sources, il recommande expressément des données autonomes.

Comment comprendre cette question ?

  • La création, l'édition et la présentation d'information dans des enregistrements et des propriétés varie selon les différents programmes généalogiques et peut-être plus facile ou plus complexe.
  • L'information incluse dans une propriété ne peut pas être utilisée depuis un autre enregistrement. Les autres enregistrements peuvent seulement pointer vers des enregistrements.
  • Des enregistrements de données doivent être contenir toute l'information sur un élément, p. ex. une source, pour être complet. L'information spécifique à une référence, p. ex. un lien multimédia, une citation de source, est stockée avec la référence. Exemple typique : le numéro de page.

—-

Est relatif à Personne

fr/manual/entities.txt · Last modified: 2011/01/16 22:06 by ddurand
Get GenealogyJ at SourceForge.net. Fast, secure and Free Open Source software downloads Recent changes RSS feed Creative Commons License Driven by DokuWiki